La peau est le plus vaste organe du corps, elle représente environ 2m2 de surface chez un adulte.

C’est une enveloppe protectrice qui constitue la première ligne de défense de l’organisme contre les agressions externes. Elle constitue une barrière physique et une fonction immunitaire. Elle régule par ailleurs la température du corps et elle est le siège de la perception du toucher.

Quels sont les rôles de la peau  ?

C’est une barrière protectrice.

La peau protège des agressions mécaniques (chocs), chimiques (pollution), d’agents pathogènes (bactéries…), et des conditions climatiques.

Son pH est légèrement acide ce qui contribue à lutter contre les agressions microbiennes.

Elle a un rôle de thermorégulation.

La peau participe au maintien de la température corporelle via une variation du débit des vaisseaux sanguins. La transpiration favorise la baisse de température.

Elle a une fonction métabolique.

La peau synthétise la vitamine D avec les rayons UV du soleil. Par ailleurs, la peau est un lieu d’élimination des déchets via la sueur ou le sébum (sécrétions grasses).

Elle a une fonction neurosensorielle.

La peau est pourvue de nombreux récepteurs qui envoient des messages au cerveau : les récepteurs du toucher, les thermorécepteurs qui informent sur la température ou les nocicepteurs qui véhiculent la sensation de douleur.

Quelle est la structure de la peau ?

La peau est constituée de 3 couches. La couche superficielle (celle que l’on peut voir et toucher) s’appelle l’épiderme. En dessous, se trouve le derme puis encore en dessous, l’hypoderme.

1. L’épiderme

    Il est constitué de cellules retenues entre elles par des lipides. Il est lui-même constitué de 5 sous-couches, celle qui est la plus externe est la couche cornée. Il contient des cellules nerveuses impliquées dans la fonction du toucher mais ne contient pas de vaisseaux sanguins. La mélanine, présente dans cette couche, est responsable de la pigmentation de la peau.

    2. Le derme

    Il a un rôle de soutien. Les principaux constituants du derme sont le collagène et l'élastine. Ils donnent à la peau son élasticité et sa souplesse.

    Le collagène est la principale protéine de soutien de la peau, il est produit par des cellules appelées fibroblastes, à partir de l’assemblage d’acides aminés.

    C’est aussi dans le derme que se trouvent les vaisseaux sanguins et il contient des cellules immunitaires.

    3. L’hypoderme

    C’est la couche la plus profonde et la plus épaisse. Elle est constituée d’adipocytes (cellules graisseuses), de fibres de collagène spéciales qui maintiennent les adipocytes ensemble, et de vaisseaux sanguins. Cette couche est un coussin de protection pour l’organisme contre les chocs physiques.

    Dans la peau, on trouve également les glandes sudoripares (responsables de la transpiration), les glandes sébacées (qui fabriquent le sébum ayant un rôle de protection contre les microbes) et les phanères (poils, cils…).

    L’état de la peau change avec le temps : elle se fane avec l’âge. Le vieillissement de la peau ou vieillissement cutané, est un phénomène naturel et irréversible. On peut le ralentir mais pas le stopper.

    Ce vieillissement entraîne des signes visibles tels qu’une perte d’élasticité de la peau, un relâchement, des rides et des tâches.

    Pourquoi la peau vieillit-elle ?

    Le vieillissement de la peau résulte de deux processus qui peuvent être concomitants :

    • le vieillissement intrinsèque, lié à notre capital génétique et au temps qui passe;
    • le vieillissement extrinsèque, influencé par différents facteurs tels que l’exposition aux UV, le tabac, la pollution, la mauvaise alimentation.

    Vieillissement intrinsèque(2)


    Les cellules de la peau comme toutes nos cellules ont besoin de respirer et pour cela elles ont besoin d’oxygène. C’est le processus normal et c’est aussi le paradoxe de l’oxygène : il a une double facette. Il est vital mais quand les cellules utilisent l’oxygène, il y a création de molécules : les espèces réactives de l’oxygène (EOR). De petites quantités d’EOR sont utiles : elles ont des rôles dans la régulation de la production de gènes par exemple. En revanche, en grande quantité, elles peuvent être nuisibles et attaquer les cellules. Dans le cas qui nous intéresse, elles attaquent les composants de la peau (ses protéines, ses lipides…). Parmi ces EOR, on parle des radicaux libres, ce sont des molécules instables qui pour se stabiliser attaquent d’autres molécules (d’autres cellules). Ces cellules attaquées deviennent à leur tour instables et attaquent d’autres cellules et ainsi de suite : c’est une réaction en chaîne qui se met en place.

    Les radicaux libres attaquent par exemple les protéines de la peau (collagène) : elles deviennent moins stables et moins fonctionnelles : le collagène ne remplit plus son rôle de soutien de la peau.

    Le vieillissement de la peau dépend également des variations de l’activité hormonale(2) telles que les variations des hormones sexuelles (œstrogènes). Les oestrogènes augmentent le contenu en collagène, l’épaisseur de la peau, sa vascularisation, et son hydratation. Lors de la ménopause chez la femme, le taux d’œstrogènes diminue ce qui entraine des changements cutanés tels que la diminution du collagène et donc un amincissement de l’épiderme et une perte d’élasticité de la peau ainsi qu’une diminution de son hydratation.

    2. Le vieillissement extrinsèque

    Il est lié à des phénomènes qui entraînent des processus d’oxydation et donc des radicaux libres :

    • l’exposition aux rayonnements UV, aux rayons X (utilisés en radiologie),
    • la prise de médicaments,
    • les pesticides,
    • les conservateurs,
    • la cigarette,
    • les métaux (par exemple l’excès de fer ou de cuivre est pro-oxydant),
    • l’exercice physique excessif ou mal géré,
    • le stress,
    • les infections…

    Pour résumer : la peau s’oxyde. Cela signifie qu’elle est soumise à différents facteurs qui génèrent des produits oxydants agressifs (radicaux libres). Ces derniers attaquent les composants de la peau et les détruisent ce qui se traduit par un vieillissement de la peau avec l’apparition de rides, de tâches et une perte d'élasticité.

    Ces produits oxydants agressifs sont générés naturellement via l'utilisation de l'oxygène par le corps ou sont créés suite à des facteurs externes tels que la pollution ou les UV par exemple.

    Pour autant tout est bien prévu : notre corps possède des systèmes de défense pour maîtriser les attaques de ces radicaux libres. Cependant, avec l'âge, les systèmes de défense de notre corps diminuent.

    S’il y a trop de molécules pro-oxydantes par rapport à l’activité des systèmes de défense anti-oxydante, on parle de stress oxydant(3).

    Comment ralentir le vieillissement cutané ?(4)

    1. Protéger sa peau.

    Il s’agit de se protéger des variations du temps qui peuvent altérer la qualité de la peau (grand froid, vent, soleil) : cela passe par des vêtements et accessoires adaptés selon les situations (parasol, lunettes de soleil…). C’est aussi éviter les environnements pollués.

    2. Bien nourrir sa peau : c’est bien se nourrir soi-même.

    La peau est constituée de lipides (barrière cutanée, sébum), de sel et de minéraux (sueur), de protéines (collagène, élastine…) et d’eau. Afin de lui apporter tous ces éléments, il faut puiser dans notre alimentation :

    - Des bons gras (lipides) : les poissons gras riches en oméga 3 (sardines, harengs, maquereaux, anchois), les huiles de colza et olive en priorité.

    - Des protéines qui constituent les briques pour fabriquer les cellules de la peau : privilégier les viandes blanches, les œufs et les protéines végétales (légumineuses, graines oléagineuses).

    - Des antioxydants à foison : oui, on doit aider notre corps à lutter contre les “méchants” radicaux libres, ces derniers quand ils sont en excès peuvent être neutralisés par les antioxydants présents dans les aliments que nous consommons. Un antioxydant est défini comme toute substance qui intervient pour freiner les processus d’oxydation.
    Qui sont les antioxydants ? La vitamine C présente dans les fruits et les légumes, les polyphénols (dans les mûres, le raisin, les pommes, le brocolis, le thé vert, le chocolat noir, le gingembre, le curcuma...), la vitamine E (dans les noix, l’huile d’olive, les avocats), les caroténoïdes (dans les carottes, les tomates, les épinards...).
    Donc il est important de consommer des légumes et des fruits variés et colorés tous les jours à tous les repas, des épices et aromates et de bons gras.

    Pour en savoir plus :
    L'indice ORAC (Oxygen Radical Absorbance Capacity ou Capacité d’absorption des radicaux libres) mesure le pouvoir antioxydant des aliments. Il est calculé au moyen d'un test qui porte le même nom.

    - De l'eau : notre corps est constitué de 60 à 70% d’eau; la peau, elle, contient 64% d’eau(5). L'épiderme est recouvert d'une émulsion d'eau et de lipides (graisses), appelée film hydrolipidique. L’eau est indispensable à toutes les fonctions de la peau, elle transporte les éléments nutritifs aux cellules et élimine les déchets. Le PNNS (Programme National Nutrition Santé) préconise de boire environ 1 à 1,5 litres d’eau par jour pour un adulte, ce qui correspond à 6 à 9 verres(6).

    Par ailleurs, on évite les produits ultra-transformés (qui contiennent souvent des graisses pro-oxydantes) et dans la mesure du possible, tout ce qui contient en général des colorants, additifs, conservateurs, stabilisants, pesticides, perturbateurs endocriniens...

    3. Bien nourrir sa peau : c’est bien se nourrir soi-même.

    C’est avoir un sommeil suffisant et réparateur (le sommeil est le moment de la régénération de toutes nos cellules dont celles de la peau), gérer son stress (le cortisol, hormone du stress, altère l'hydratation de la peau et le collagène) et bouger tous les jours (l’activité physique favorise une bonne circulation sanguine essentielle à la santé de la peau). C’est aussi éviter de fumer et de boire trop d’alcool.

    4. Prendre soin de sa peau de l’extérieur.

    Cela passe par des soins :

    • lavage de la peau avec des savons doux; application, par exemple, de beurre de karité en cas de peaux sèches; application de crèmes à base de composés antioxydants ou d’acide hyaluronique (c’est un composant naturel de la peau qui joue un rôle dans sa tonicité).
    • des massages et des cures thermales dont la composition minérale des eaux peuvent avoir des effets apaisants et cicatrisants sur la peau.


    5. Prendre soin de sa peau de l’intérieur.

    Quand on utilise des crèmes, on gomme en partie les défauts en surface. Cependant, les processus de vieillissement, comme on l’a vu, prennent naissance en profondeur dans la peau, notamment au niveau du derme où les fibroblastes qui produisent le collagène sont touchés par les radicaux libres : le collagène se dégrade(7) et la peau perd de son élasticité et de son soutien.

    Il faut donc agir de l’intérieur pour améliorer l’apparence extérieure de la peau : c’est le but de la nutricosmétique.

    On peut pour cela, corriger l’agression de la peau via des actifs antioxydants intégrés à des produits à prendre par voie orale : c’est le cas des vitamines E et C mais aussi de minéraux comme le zinc ou le sélénium. Parmi les polyphénols aux pouvoirs antioxydants, le resvératrol, qui est produit par de nombreux végétaux (raisin par exemple), est reconnu pour ses propriétés anti-âge(8). Le coenzyme Q10 est aussi utilisé dans certains compléments alimentaires et agit en tant qu’anti-oxydant. Il réduit les rides et les ridules et améliore la douceur de la peau(9).

    La biotine ou vitamine B8, parfois intégrée à des formulations de produits, est reconnue comme ayant un rôle dans le maintien d’une peau normale(10).

    En outre, agir directement sur le collagène a fait ses preuves : une complémentation en collagène améliore l’hydratation de la peau, son élasticité, et diminue les rides(11-12).

    Les produits à base d’aloe vera sont également intéressants car l’aloe vera stimule la production de collagène(13-14).

    En phytothérapie, la plante Centella asiatica favorise la prolifération des fibroblastes et accroît la synthèse du collagène(15). Elle a, par ailleurs, des propriétés hydratantes et anti-inflammatoires(16).

    Enfin, on peut aussi renforcer la barrière cutanée avec des capsules d’huiles d’Onagre ou de Bourrache à prendre par voie orale. Elles apportent des acides gras de la famille des oméga 6 qui entrent dans la constitution de l’épiderme. S’ils viennent à manquer, la peau se desquame et devient sèche.

    La peau est associée à de nombreuses expressions : “avoir la peau dure” quand on est résistant, “changer de peau” quand on modifie son aspect, “faire peau neuve” quand on change littéralement quelque chose, “être à fleur de peau” quand on est très sensible.

    On aimerait, en tout cas, tous se "sentir bien dans notre peau” et ralentir au maximum son vieillissement. Nutrition, sommeil, gestion du stress, activité physique, soins de la peau et nutricosmétique adaptée font partie de l’arsenal pour nous y aider.

    Note : Les informations de cet article n’ont pas pour objet de donner des avis de nature médicale. La prise de compléments alimentaires, si elle est nécessaire, doit être adaptée aux besoins de chacun et respecter les contre-indications des produits.

     

    Sources 

    (1) Vieillissement cutané. Physiopathologie et thérapies innovantes. Françoise Boismal et al. Med Sci (Paris), Volume 36, Number 12, Décembre 2020. Vieillissement et mort : de la cellule à l’individu. Pages 1163-1172.
    https://www.medecinesciences.org/en/articles/medsci/full_html/2020/11/msc200325/msc200 325.html

    (2) Vieillissement de la peau. http://biologiedelapeau.fr/spip.php?article65&lang=fr

    (3) Rinnerthaler M, Bischof J, Streubel MK, Trost A, Richter K. Oxidative stress in aging human skin. Biomolecules. 2015 Apr 21;5(2):545-89.
    https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25906193/

    (4) Les secrets d’une belle peau. Sarah Dognin Dit Cruissat. Hachette Bien-Être, 2018.

    (5) Mitchell et al. The chemical composition of the adult human body and its bearing on the biochemistry of growth. The Journal of Biological Chemistry 1945: 625-637.
    https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0021925819513394

    (6) PNNS - Manger Bouger : https://www.mangerbouger.fr/Le-Mag/Bien-etre/L-eau-indispensable-a-notre-bonne-sante

    (7) Varani J, Dame MK, Rittie L, Fligiel SE, Kang S, Fisher GJ, Voorhees JJ. Decreased collagen production in chronologically aged skin: roles of age-dependent alteration in fibroblast function and defective mechanical stimulation. Am J Pathol. 2006 Jun;168(6):1861-8.
    https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/16723701/

    (8) Galiniak S, Aebisher D, Bartusik-Aebisher D. Health benefits of resveratrol administration. Acta Biochim Pol. 2019 Feb 28;66(1):13-21. doi: 10.18388/abp.2018_2749.
    https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30816367/

    (9) Vollmer DL, West VA, Lephart ED. Enhancing Skin Health: By Oral Administration of Natural Compounds and Minerals with Implications to the Dermal Microbiome. Int J Mol Sci.
    2018 Oct 7;19(10):3059. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30301271/

    (10) Vidal : complément alimentaire, vitamine B8. https://www.vidal.fr/parapharmacie/complements-alimentaires/vitamine-b8-h-b7-biotine.html

    (11) Bolke L, Schlippe G, Gerß J, Voss W. A Collagen Supplement Improves Skin Hydration, Elasticity, Roughness, and Density: Results of a Randomized, Placebo-Controlled, Blind Study. Nutrients. 2019 Oct 17;11(10):2494. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31627309/

    (12) Kim DU, Chung HC, Choi J, Sakai Y, Lee BY. Oral Intake of Low-Molecular-Weight
    Collagen Peptide Improves Hydration, Elasticity, and Wrinkling in Human Skin: A Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled Study. Nutrients. 2018 Jun 26;10(7):826. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/29949889/

    (13) Andonegi M, Irastorza A, Izeta A, de la Caba K, Guerrero P. Physicochemical and Biological Performance of Aloe Vera-Incorporated Native Collagen Films. Pharmaceutics.
    2020 Dec 2;12(12):1173. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33276436/

    (14) Tanaka M, Yamamoto Y, Misawa E, Nabeshima K, Saito M, Yamauchi K, Abe F,
    Furukawa F. Effects of Aloe Sterol Supplementation on Skin Elasticity, Hydration, and Collagen Score: A 12-Week Double-Blind, Randomized, Controlled Trial. Skin Pharmacol Physiol. 2016;29(6):309-317.
    https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28088806/

    (15) Bylka W, Znajdek-Awiżeń P, Studzińska-Sroka E, Brzezińska M. Centella asiatica incosmetology. Postepy Dermatol Alergol. 2013 Feb;30(1):46-9. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/24278045/

    (16) Ratz-Łyko A, Arct J, Pytkowska K. Moisturizing and Antiinflammatory Properties ofCosmetic Formulations Containing Centella asiatica Extract. Indian J Pharm Sci. 2016 Jan-Feb;78(1):27-33.
    https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/27168678/

     

    L'auteure
    AURÉLIE BONI TOURNIER

    Docteure en Pharmacie, spécialisée en nutrition santé et micronutrition.